• Border tome 1

    Résumé : la série suit les aventures de plusieurs orphelins réunis au sein d’une agence de détectives dirigée par Yamato, un beau jeune homme au passé douloureux puisqu’il a subi une grave perte 10 ans avant les évènements du manga. Yamato saura-t-il enfin faire le deuil et se consacrer à son présent ?

    Avis : cette œuvre de Kazuma Kodaka est vraiment excellente ! Elle réussit un tour de force, à savoir proposer un manga Boy’s Love ne s’arrêtant pas à des histoires d’amour ou de sexe.

    On a ici toute une bande d’amis, se connaissant depuis tout petits puisqu’ils ont grandi dans le même orphelinat, tenu par la tante de Yamato. Tous ces personnages forment une vraie équipe soudée appartenant à une agence de détectives, intervenant lorsque la police est inefficace, ce qui donne lieu à de nombreuses scènes d’action, d’enquête et de suspense, magnifiquement mises en scène par l’auteure.

    L’humour a également une grande place dans cette série, Tamaki essayant sans succès de séduire Yamato, Kitsupei passant du coq à l’âne sans cesse dans ses discussions, ou encore avec les nombreuses notes de frais engendrées par l’appétit d’ogre des enquêteurs ! Mais la rigolade sait aussi laisser place à des moments plus graves, tels que le flash-back sur le passé très douloureux de Yamato, là encore superbement raconté par Kodaka-sensei (mis à part la très très légère facilité prise par la mangaka sur un point du récit) !

    Cerise sur le gâteau, les dessins sont juste incroyablement beaux et précis, un vrai régal pour les yeux ! Les expressions des personnages sont parfaitement retranscrites, leurs corps sont somptueux et leur style est très différent, ce qui permet de les distinguer très facilement (ce qui n’est pas toujours le cas dans les mangas). Les (très belles) scènes de sexe ne sont présentes que lorsqu’elles sont utiles au scénario, ce qui est vraiment plaisant !

    Bref, Border est une série à ne vraiment pas manquer, elle ne vous charmera pas que grâce à ses beaux garçons mais aussi et surtout grâce à son histoire aux multiples facettes !

    Note : 9.5/10, LE mix parfait d'action, d'humour, d'émotion et de romance


    votre commentaire
  • Gakuen Heaven Revolution tome 1

    RésuméKeita Itô, jeune lycéen assez banal a reçu la fameuse Platine Letter, qui invite tous ses rares destinataires, exclusivement masculins, à rejoindre l’académie Bell Liberty ; mais ça commence mal pour Keita qui, sur le trajet a un accident de bus, qui s’avèrera heureusement sans gravité ! Tous les élèves de l’académie accueillent avec curiosité ce nouvel entrant, qui a été appelé en plein milieu d’année scolaire, ce qui ne s’était jamais vu

    Avis : c’est difficile pour moi de donner un avis général sur cette série car, vous devez le savoir, il s’agit d’une adaptation d’un célèbre jeu vidéo Boy’s Love, qui a lui-même été adapté en anime, que j’ai vu, et une première série de mangas, que j’ai lus. Et Gakuen Heaven Revolution reprend pour la quatrième fois exactement le même scénario : l’accident de bus, la rivalité entre le bureau des élèves et la comptabilité, la tournée des clubs…

    <o:p></o:p>

    Du coup, j’ai trouvé ce premier tome assez répétitif, notamment par rapport à l’anime car les dialogues et les scènes sont vraiment très proches, on pourrait presque penser qu’il s’agit du story-board de l’adaptation animée.<o:p></o:p>

    En revanche, j’ai essayé de me mettre dans la peau de quelqu’un qui n’a pas ce vécu, et dans ce cas-là, la série plaira très certainement aux amateurs de shojo et shonen-ai. Bien que Gakuen Heaven Revolution soit dans la collection Boy’s Love de Tonkam et soit présenté par l’auteure elle-même comme tel, on a plus l’impression de lire un shojo, tant dans les codes que dans l’histoire : seul le président du club de tennis est attiré par les hommes, ce qui effraie KeitaDifficile d’imaginer des relations plus qu’amicales dans ce contexte.<o:p></o:p>

    En gros, les lecteurs qui sont plutôt attirés par le Yaoi pur et dur se tourneront plutôt vers la première série manga Gakuen Heaven, disponible également chez Tonkam, où les relations entre Keita et d’autres élèves sont très explicites puisqu’on y voit carrément des scènes de sexe ; pour les lecteurs qui veulent aller plus loin dans les histoires personnelles des onze protagonistes, Gakuen Heaven Revolution est fait pour vous !

    Au final, la lecture est donc agréable car bien menée par l’auteur mais, pour les connaisseurs des autres versions de Gakuen Heaven, je vous conseillerai d’attendre les prochains tomes, pour savoir ce qu’ils apportent de « révolutionnaire ».

    Note : 7/10, agréable à lire mais pas "révolutionnaire"

    <o:p></o:p>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique