• Take Over Zone tome 1

     

    Résumé : Mizuki était l’un des meilleurs de son club d’athlétisme au collège mais, pour une raison encore inconnue, il a décidé d’arrêter cette activité du jour au lendemain. Arrivé au lycée, ses incroyables performances en cours de sport ne passent pas inaperçues et le prof, également coach du club d’athlétisme le veut dans son équipe. Dans un premier temps, le jeune homme refuse catégoriquement, mais lorsqu’il voit Konno, celui qui était son modèle au collège le défier, il se laisse prendre au jeu. Mais arrivera-t-il à surmonter son traumatisme lié au sprint ?

    <o:p></o:p>

    Avis : qui n’a jamais rêvé d’un Prince du Tennis ou d’un Kuroko no Basket version Boy’s Love ? Eh bien, Masara Minase a osé franchir le pas, et elle a bien fait !<o:p></o:p>

    Souvent, on associe les mangas sportifs au genre shonen, et seules les fujoshi s’imaginent qu’il puisse se passer des choses pas très catholiques dans les vestiaires. Avec Take Over Zone, plus besoin d’imaginer ou de fantasmer, on a autant l’œil sur la piste que dans les vestiaires. Ainsi, on voit se développer différentes relations amoureuses entre les protagonistes, tous de beaux athlètes en short ! Mais l’auteure n’en oublie pas pour autant l’aspect purement sportif, le dépassement de soi, la compétition, mais aussi les blessures. On peut donc véritablement parler d’un manga Boy’s Love sportif, et non d’un manga utilisant le prétexte du sport pour mettre en scène des relations entre hommes.<o:p></o:p>

    Ce tome 1 allie à la fois l’humour, à travers le très mauvais sens de l’orientation de Mizuki ou encore l’enthousiasme débordant du fantasque Yamauchi, l’émotion quand il s’agit d’évoquer les douleurs passées du personnage principal mais aussi l’amour et l’amitié qui lient tous les membres du club, auxquels on s’attache vite. Seul petit bémol sur l’histoire, les transitions entre les scènes ne sont pas toujours bien amenées, il faut parfois quelques secondes pour comprendre que l’on est passé à autre chose.<o:p></o:p>

    Côté graphismes, même si on peut parfois avoir du mal à distinguer les personnages, tous ayant la même forme de visage et sensiblement la même coiffure, Masara Minase sait mettre en valeur les beaux corps, notamment les jambes, de ses personnages, mais sans en abuser (et pourtant, il y aurait de quoi faire !).

     

    Au final, on a donc un défi osé mais largement réussi, grâce à un savant mélange entre le côté sportif très shonen et le côté relationnel très Boy’s Love. De plus, c’est un titre accessible à tous puisqu’il n’y a aucune scène de sexe explicite. J'attends impatiemment la suite !

    Note : 8.5/10, un vrai shonen-Boy's Love !

    <o:p></o:p>


    1 commentaire
  • Love Me Tender réédition tome 1

    Résumé : Sae et Kazuki, deux jeunes et beaux mannequins, se retrouvent à la rue, jusqu’à ce que le premier fasse la rencontre de Nao, jeune transexuel recherchant un colocataire pour sa grande maison. Sae propose à Kazuki de se joindre à eux ; mais quand Nao voit Kazuki, celui-ci les met à la porte ! En effet, les deux hommes se connaissent depuis tout petit et Nao n’a aucune envie de croiser au quotidien un ami de son passé. Finalement, quand Sae le sauvera de son patron pervers, Nao changera d’avis. Ainsi démarre une colocation à trois, des plus mouvementées !<o:p></o:p>

    Avis : quelle bonne idée a eu Taifu Comics de rééditer cette série de Kiki. Sortie il y a plus de six ans, cette nouvelle édition va permettre à bon nombre de lecteurs de la découvrir, pour leur plus grand plaisir.<o:p></o:p>

    En effet, ce premier volume est plus qu’encourageant : le scénario est vraiment passionnant à suivre, l’auteure sait faire d’un quotidien plutôt routinier de vraies aventures. Des triangles, voire des carrés amoureux se créent petit à petit, les sentiments étant au cœur de la série : couples gays, hétéros, lesbiens, le mélange des genres crée une belle diversité et une grande ouverture d’esprit. On s’attache très vite aux personnages principaux, dont on saisit rapidement le caractère, tout comme aux personnages secondaires, très nombreux.<o:p></o:p>

    Les graphismes, bien que la série ait été créée il y a dix ans, n’ont pas du tout mal vieilli ! Les grandes jambes et corps des personnages, ainsi que leurs visages fins sont très agréables à regarder (normal pour des mannequins, en même temps). Les vêtements des protagonistes sont également assez variés et détaillés, assez « vintage », ce qui leur donne un certain charme.<o:p></o:p>

    Au final, ce titre est donc un pur régal à lire, sorte de mélange entre Boy’s Love et shojo, beau et rafraîchissant.<o:p></o:p>

    Note : 9/10, drôle et attachant<o:p></o:p>


    votre commentaire
  • The Best Lover tome 3

    Résumé : malgré les difficultés, Yoshimi est toujours bien décidé à conquérir le coeur de Masahiro en lui prouvant qu'il peut égaler voire dépasser Akito. Ce souhait va être rendu possible grâce à un casting organisé par une marque dont Akito est l'égérie. Yoshimi va-t-il être à la hauteur du challenge ?

    Avis : ce troisième tome commence mal, avec un chapitre qui ne sert pas à grand chose, puisqu'il ne fait pas avancer l'histoire et n'a aucun rapport avec la suite de ce volume. Heureusement, le niveau des deux premiers tomes est vite retrouvé avec une intrigue très intéressante à suivre, notamment lorsque le directeur du casting fait des avances à Yoshimi, mettant le jeune homme face à un dilemme : "tromper" Masahiro pour arriver au niveau d'Akito ou lui rester fidèle, au risque de ne pas être pris comme égérie de la marque ?

    Les choses avancent, Masahiro se pose de plus en plus de questions à propos de sa relation avec Yoshimi et Akito lui-même va lui faire prendre conscience de la nature de ses sentiments. La relation professionnelle ne s'est jamais autant rapprochée de la relation amoureuse, nul doute que le dernier tome va être palpitant !

    Note : 8/10


    votre commentaire
  • ZE tome 9

    Résumé : Asari est redevenu une page blanche ; Shôi, malgré sa préparation à ce moment est dévasté. Il veut tout faire pour le ramener à ses côtés. L'occasion pour l'auteure de nous raconter l'histoire, qui n'a pas toujours été simple, du jeune homme et son kami.

    Avis : ce nouveau tome de l'excellente série de Yuki Shimizu est sans doute le meilleur ! Il mêle à la perfection détresse, mélancolie et joie, trois émotions parfaitement retranscrites et qui vous toucheront au plus profond, à moins d'être un sans-coeur

    Comme à son habitude, l'auteure sait pafaitement mener son récit, que l'on ne peut que lire d'un trait. Du début de leur relation compliquée, jusqu'à leur dernier jour ensemble, leur histoire est d'un lyrisme trop rarement écrit et dessiné dans des oeuvres Yaoi, un lyrisme qui fait que les scènes de sexe ne sont pas impudiques et gratuites, elles en sont même le premier relai.

    Bref, un grand moment de lecture qui convaincra sans doute les plus réticents à cette série, de la démarrer.

    Note : 9.5/10


    votre commentaire
  • Shortcut Love

    Résumé : Akino, grand directeur artitstique dans une agence de publicité s'ennuie, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Ca, c'était avant l'arrivée de Kurata, jeune employé de la même agence, très talentueux et ambitieux, qui va vouloir lui donner l'envie de se battre à nouveau, autant dans son boulot que dans ses relations...

    Avis : ce oneshot a été écrit par Kaori Shu et dessiné par Masara Minase, une collaboration que les deux femmes devraient réitérer tant la qualité est au rendez-vous !

    Bien que surprenant voire déconcertant au début, notamment suite à la scène de quasi-viol, il y a en fait une parfaite cohérence que l'on comprend très vite et qui est présente jusqu'à la fin du tome. L'histoire se révèle ainsi passionnante à suivre, sachant parfaitement allier vie personnelle et professionnelle, les deux s'influençant en permanence, ce qui accentue l'intérêt du scénario.

    Inutile de dire que Masara Minase nous a concocté de merveilleux working men, grands et en beaux costumes, mis en scène dans des scènes de sexe à la fois pudiques et explicites, agréables à l'oeil et parfaitement intégrées à l'histoire.

    Au final, ce tome se laisse lire d'un trait, et convaincra parfaitement le lecteur, qui traversera de nombreuses émotions.

    Note : 8.5/10


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique