• Chronique Kwari : The Sherlock Holmes Story t.1

    The Sherlock Holmes Story tome 1

    RésuméHolmes et Watson vivent ensemble… mais plus pour longtemps puisque le Dr Watson va se marier à Mary Moston, ce qui déplaît fortement à Sherlock, qui ne veut pas laisser filer son ami. Le jour même de cette annonce, le détective privé reçoit une lettre concernant la disparition de la femme de l’aristocrate lord Saint-Simon ; celle-ci s’est mystérieusement volatilisée après son mariage avec le duc… Encore une affaire pour Sherlock Holmes et son acolyte, le Dr Watson !

    Avis : soyons tout de suite très clair, ce premier tome n’est clairement pas Yaoi, ni même shonen-ai, tant il respecte l’œuvre originale d’Arthur Conan Doyle, Kyo-Jeong Kwong semblant être fan de ses nouvelles. L’aspect Boy’s Love de ce titre réside donc essentiellement dans l’imagination et les sous-entendus, présents dans les conversations des deux hommes, imagination qui semble partagée par l’auteure, celle-ci fantasmant sur une relation plus qu’amicale entre eux.

    <o:p></o:p>

    De plus, c’est l’aspect enquête qui prend le dessus sur l’aspect privé et personnel. Bien que le tome démarre sur l’annonce du mariage de Watson, le reste du tome se concentre sur l’affaire Saint-Simon, directement adaptée d’une des nouvelles d’Arthur Conan Doyle, qui est plutôt intéressante à suivre, selon un schéma classique : les faits, les interrogatoires et la conclusion. Holmes n’enquête pas non plus 24h/24, on assiste donc également à des conversations privées, essentiellement tournées sur le futur mariage de Watson qui attriste beaucoup son compagnon. Ces deux histoires parallèles sont plutôt bien racontées, malgré certains anachronismes (Google au XIXème siècle…) et certaines mises en abyme (« dis donc, l’indication scénique hochement de tête n’a rien à faire dans une case de narration) qui cassent le rythme et la crédibilité de l’histoire.<o:p></o:p>

    Niveau graphismes, les personnages sont très bien dessinés, très fins, malgré la paresse ponctuelle de l’auteure, qui dessine parfois les personnages secondaires, sans visage. Les décors et costumes nous transportent complètement dans le XIXème siècle, de même que les dialogues, ce qui est très plaisant.

    Au final, si vous n’êtes pas déjà fan de Holmes et Watson, ou d’histoires policières, ce manhwa risque de ne pas vous plaire ; dans le cas contraire, ce premier tome est plutôt encourageant, les allusions Yaoi de Sherlock étant de plus en plus explicites au fil du tome.

    Note : 7/10, (trop) fidèle à l'oeuvre originale ?

    <o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :